The Ladder Café

Garage, Moscou, 2019


En 1969, Sherry R Arnstein publie 'A Ladder of Citizen Participation', texte dans lequel elle propose une classification
en huit échellons des des différents niveaux d'implication dans les démarches participatives, de la manipulation au contrôle citoyen.
Le 'Ladder Café', dont le design est basé sur cette échelle, est un lieu de rencontre et de discussion sur le rôle de la culture dans nos vies et, plus spécifiquement, sur le musée comme un possible lieu où exercer la citoyenneté. Le café a été ouvert de mars à mai 2019 dans l'exposition 'Bureau des transmissions' au centre d'art contemporain le Garage, à Moscou.

présentation          doc. photo.          handbook         gallery edu. diaries

 


La classe renversée

Centre d'art contemporain du Parc St-Léger, 2018


microsillons a invité les artistes Aurélien Gamboni et Sandrine Teixido, ainsi que Myriam Lefkowitz et Cécile Lavergne, à collaborer avec des classes et des enseignant·e·s de la région de Nevers. Leurs interventions ont posé la question du cadre scolaire – physique et symbolique – et ont appelé enseignant·e·s et élève·s à développer des actions qui reconfigurent les relations et les normes en place pour définir en commun ce qui est fondamental ici et maintenant, pour dépasser les fatalismes et pour faire surgir, comme le disait le pédagogue brésilien Paulo Freire, des ‘inédits possibles’, c’est-à-dire des actions auparavant inimaginables qui pourront être réalisées.

présentation          doc. photo          affiches 'renversements'

 


Metamorphe

Nuit des musées de Lausanne Pully, 2014


D’une hybridation de différents éléments tirés de visites de musées et de réflexions collectives, une animation qui met en scène une créature monstrueuse polymorphe a été réalisée. Cette forme reflète symboliquement la diversité de l’expérience que chacun-e peut se construire lors de sa fréquentation des musées lausannois. Le projet a été réalisé par des élèves en option arts visuels et médias (9e  et 10e HarmoS) de l’établissement secondaire de Renens, avec comme point de départ le thème de la nuit comme moment de la transformation et de l’étrange.

microsite

 


Commune de Montreuil

2013-14


En résidence au Centre d'art contem116, microsillons invente un dispositif d’enquête artistique qui poursuit une double-stratégie consistant à inscrire à la fois le 116 dans la ville et a donner une visibilité aux Montreuillois dans l’institution : clin d’œil au cadre bourgeois de cette ancienne maison de maître devenue Le 116, il s’agit de constituer, “un armorial du quartier“. Réalisée suite à une série d’entretiens avec groupes – commerçants, riverains, associations montreuillois – cette collection d’armoiries est appelée à évoluer au gré des activités et des partenariats futurs du centre d’art.

présentation          

 


Groupe l'Aventin

Avec Mathieu Menghini, dès 2012


En 2012, microsillons a fondé, avec Mathieu Menghini, le Groupe L’Aventin, qui a pour but de développer une médiation sociale du théâtre. Son action cherche à rendre possible l’appropriation d’œuvres théâtrales par des publics non-spécialistes, à renforcer le potentiel du théâtre comme outil de réflexion sur le monde, ainsi qu’à rendre audible la voix des personnes vivant des situations de sujétion et de précarité, non habituées aux codes de la “haute culture“. Les projets développés donnent lieux à des réalisations visuelles dans lesquelles une réflexion, qui s’appuie sur les formes et les moyens de l’art contemporain, est engagée.

présentation          site du groupe

 


Une tension en chewing-gum.
Échanges autour de En alternant de 1 à 100 et vice versa de Alghiero e Boetti

Le Commun, Genève, juin - juillet 2012


Huit personnes - choisies pour la lecture particulière qu'elles pourraient faire de En alternant de 1 à 100 et vice versa d’Alighiero e Boetti (collection du Fonds d’art contemporain de la Ville de Genève), en partant de leur champ de recherche – ont été invitées à partager un repas autour de l’oeuvre.

A partir des nombreuses pistes issues de ce processus, a été conçue une exposition qui présentait le kilim de Boetti, des bribes de dialogues entre les invités ainsi qu’une série d’objets aux statuts variés (œuvres d’art, reproductions, articles de journaux, calligraphie, objets usuels, jouets) illustrant quelques-uns des points nodaux de la discussion. Le processus affirme le potentiel de l’art à favoriser l’échange, voire l’hybridation, entre les disciplines.

présentation du projet               version numérique du mur d'entrée de l'exposition

 


Notes of possible future uses of the Gdansk shipyard

Alternativa Biennale, Wyspa Institute, Gdansk, mai - juillet 2011


A partir du Wyspa Institute, centre d’art contemporain installé dans l’enceinte des chantiers
navals de Gdansk,
microsillons a travaillé à la réalisation d'un poster sur les futures utilisations possibles des lieux. Réalisée à partir d’entretiens menés avec différents usagers des chantiers, cette affiche montre la complexité de la situation et les perspectives qui peuvent être imaginées pour ce site industriel historique.

microsillons assume une position d’extériorité en récoltant les témoignages d’acteurs locaux et propose une réflexion sur les processus de gentrification ainsi que sur le rôle que l’art y joue.

présentation du projet               poster (English version)               poster (Polish version)

 


La surface des choses

Centre d'Art Contemporain Genève, 2009 - 2011


Un échange prolongé avec un groupe de personnes mal-voyantes, organisé par
microsillons et Raphaël Julliard, a permis d'ouvrir un espace de dialogue sur les aspects non-visuels de l’art contemporain, l’invention de la photographie comme œil artificiel ou encore l’art minimal comme répertoire de formes et l’art conceptuel.

Le projet a donné lieu à une exposition qui soulignait la faculté de chacun à produire ou à s’approprier une œuvre d’art, à créer et investir ses propres traductions de l’art et du monde, ainsi que le potentiel polysémique des objets, qui peuvent ouvrir sur de nombreuses perspectives, au-delà de la surface des choses.

présentation du projet               

 


Lectures autour du graphisme

Centre d'Art Contemporain Genève, mars - juin 2011


L’art et le graphisme se confondent-ils pour ne plus former qu’une seule et même discipline? L’art est-il plus “autonome“ que le design? Quelles stratégies de résistance peuvent-elles être imaginées contre l’envahissement de l’espace public par la publicité? Que signifie la valorisation de la créativité dans la société contemporaine? Le graphisme est-t-il un instrument de pouvoir?

Autour de l'exposition Panorama. Design graphique en Suisse romande, un groupe de lecture a permis de débattre de ces questions et a donné lieu à une installation évolutive.


présentation du projet               publication

 


The Revolution will not be Televised. Vidéos amateur de 8mm à 2.0

Centre d'Art Contemporain Genève, décembre 2010 - février 2011


Alors que près de 90% des propriétaires de téléphones portables équipés d’une caméra déclarent utiliser cette fonction, que 35 heures de vidéos sont ajoutéess sur YouTube chaque minute et que la division entre producteurs et consommateurs d’images en mouvement est fondamentalement remise en cause, le projet interroge la circulation complexe des images, entre contextes professionnels et amateurs. Si les nouveaux outils technologiques permettent de saisir des images de nos vies quotidiennes, ils servent aussi à documenter des événements ignorés par les médias de masse ou à dénoncer des situations politiques intolérables.

The Revolution Will Not Be Televised. Vidéos amateur de 8mm à 2.0 est un projet réalisé avec six groupes de collaborateurs, qui a aboutit à une installation présentant un panorama et une base de données sur l’image vidéo amateur, dans le cadre de l’exposition “Image – Mouvement“ (au Centre d’Art Contemporain Genève).

microsite

 


En commun. Journal du Bois de la Bâtie
- Terrasse du Troc, Genève, 22 juillet au 15 août 2010


Un journal a été réalisé avec deux classes genevoises, avec comme point de départ le Bois de la Bâtie, lieu de promenade bien connu de tous les Genevois, en bordure de la ville. Les élèves ont mené des investigations sur différentes facettes de ce lieu, en se documentant, en interrogeant des usagers et en travaillant sur des formes graphiques spécifiques.

Le thème du “commun“ a structuré le projet : le bien commun – que l’on parle d’un parc public, d’un service, de l’eau, de l’Internet – n’est jamais quelque chose d’acquis mais qu’il est au contraire soumis à de multiples variations et menaces. Le journal met l’accent sur les usages multiples, parfois détournés, “braconnés“, qui sont faits d’un lieu public comme le Bois de la Bâtie.

journal

 


Un tour complet. 24 heures de balade avec le Bureau Mobile
- MAC 09, Genève, 19-20 septembre 2009


Une balade de 24 heures d’affilée a été organisée dans l’espace public genevois, dans le cadre de la MAC 09 (Manifestation d’Art Contemporain initiée par le Fond Municipal d’Art Contemporain de Genève). Cette flânerie active a été accompagnée du Bureau Mobile.

Le principe clef du projet a été celui de plan-séquence, le Bureau Mobile glissant dans les rues genevoises sans interruption, suivant un parcours et un rythme définis par les différentes propositions des 17 intervenants. Le programme mis en place par microsillons a donné une large place à des pratiques artistiques liées à l’espace public et à des performances pensées de manière spécifique pour ce cadre.

rapport d'activité

 


Success & Career
- “L'Intermédiaire“, LiveInYourHead, Genève, 16 décembre 2009 - 9 janvier 2010


Dans le cadre de l’exposition collective “L’intermédiaire“ microsillons a réalisé une installation qui présentait un trophée en bronze, un extrait vidéo de “Planète McDo“ (219ème numéro d’ “Envoyé spécial“, émission documentaire grand public de la télévision française), une affiche, ainsi que divers documents produits par le groupe Education is not for $A£€ de Genève (étudiants de l’Université de Genève en lutte contre la privatisation des études).

L’affiche annonçait la réunion, dans l’espace d’exposition, d’un groupe de travail composé des membres d’Education is not for $A£€ ainsi que des étudiants et anciens étudiants de la Haute École d’Art et de Design de Genève.

Le trophée, reproduisant une pomme de terre transpercée d’une paille, évoquait un séminaire de la Hamburger University (université destinée à la formation des cadres de McDonald’s), séminaire présenté dans l’extrait vidéo, où il est question de management, de motivation, de confiance en soi et de succès.

présentation du projet               extrait du reportage

 


Utopie et quotidienneté. Entre art et pédagogies
- Centre d'art contemporain Genève, 27 novembre 2009 au 28 mars 2010

"UTOPIE ET QUOTIDIENNETÉ. Entre art et pédagogies" est un projet du Centre d’Art Contemporain Genève, initié par le collectif microsillons, en collaboration avec Katya García-Antón, directrice du Centre. Ce projet ambitieux et expérimental entend ouvrir un débat, à Genève et en Suisse, sur le possible rôle des artistes dans le processus éducatif, dans et hors des institutions. Il s’appuie sur la pratique d’artistes et de collectifs qui placent une réflexion sur la pédagogie au cœur même de leur travail, investissant les zones de contact entre art et éducation. L’exposition propose également des pistes pour penser la médiation comme un mouvement discursif où puisse prendre place une critique constructive de l’institution, comme un laboratoire sur la culture et la société, plutôt que comme un moyen de réduire l’incompréhension entre des œuvres d’art et un public. Trois artistes ou collectifs ont été invités à développer des projets avec des acteurs locaux. Le résultat de ces collaborations ont été présentées au Centre d'Art Contemporain.

microsite du projet

 


Janus Bus
- Festival artistique et scientifique Eternal Tour, Institut Suisse de Rome, 3 au 13 juillet 2008


A l’invitation du festival artistique et scientifique Eternal Tour, le Bureau Mobile et son équipe ont passé 3,7 jours à Rome, soit la durée moyenne de séjour d’un touriste dans la Cité Eternelle. Ils ont mis en place un protocole pour dériver dans la ville, comme une extension d’Eternal Tour 2008 : chaque jour, un cercle ayant pour centre l’Institut Suisse (lieux de l’exposition Eternal Tour où une interface électronique permettant de suivre le Bureau Mobile et ses activités a été installée) et passant par un des monuments les plus touristiques de la ville a été tracé. Chaque cercle a été exploré pendant la journée et un événement y a été organisé, en soirée, avec le Bureau Mobile et les ressources dont il dispose.

poster

 


Jiveru
- École primaire de Cologny / Centre d'Art Contemporain Genève, juin 2008 - juillet 2009


Jiveru est un pays situé dans un archipel lointain. Sur sa grande île se développe l’activité principale du pays. Un îlot plus au nord est constamment détrempé par un soleil qui pleure. Des créatures adaptées à ce climat s’y sont installées. Au sud, un deuxième îlot est baigné par les rayons d’un soleil souriant et développe un microclimat fort apprécié des Jiveruciens. A la différence de ce que l’on peut observer dans d’autres pays, les résidents de Jiveru ne se séparent pas entre êtres humains et animaux : ils forment tous ensemble un groupe unique fortement diversifié. Jiveru ne compte pas de villes ni même de villages, mais des êtres vivants habitables s’y déplacent en permanence. L’approvisionnement en énergie est assuré par des véhicules qui se déplacent pour capter les meilleurs vents et les rayonnements solaires les plus forts. Certains habitants se nourrissent également de déchets, réduisant ainsi les besoins énergétiques du pays. Un arbre de surveillance, placé à un point stratégique de l’île principale, vérifie que tout se passe bien à Jiveru et est prêt à appliquer une sentence immédiate dès que nécessaire.


Sur une invitation de la commission culturelle de Cologny, un livre sur un pays imaginaire a été réalisé avec une classe de l’école primaire de la commune, autour des thèmes du livre de voyage et de l’utopie.

livre

 


A condition
- Centre d'art contemporain Genève, 27 novembre 2008 - 5 mars 2009


A partir de notions – la performativité et l’anecdote – présentes au cœur de l’exposition “Between Art and Life“ (présentée par le Centre d’Art Contemporain Genève), une classe de l’École de commerce Aimée Stitelmann a été invitée à mettre en place le cadre d’une performance d’improvisation théâtrale, (réalisée par la compagnie d’improvisation théâtrale lesArts).

Une réflexion sur l’histoire de la scène a été menée en classe avec l’aide d’Eric Eigenmann, maître d’enseignement et de recherche en dramaturgie à l’Université de Genève. A partir de ces éclairages historiques, ainsi que d’une réflexion sur l’espace scénique dans des cadres contemporains et extra-théâtraux, les élèves ont choisi l’emplacement, la forme et l’habillage de la scène sur laquelle la compagnie d’improvisation théâtrale interviendrait le soir du vernissage de “Between Art and Life“.

Chaque étudiant a ensuite écrit une anecdote de voyage puis en a lu un extrait devant une caméra. Les noms d’objets liés aux anecdotes ont également été inscrits sur des panneaux. Lors de la performance, réalisée sur la scène imaginée par les étudiants, les comédiens ont improvisé des scénettes en prenant comme point de départ les extraits des anecdotes (qu’ils pouvaient sélectionner et visionner sur des moniteurs visibles également par le public), ainsi que les panneaux, qu’ils tiraient au hasard.

présentation du projet

 


Vis Comica
- D2, Reignier, France, 18 avril au 18 mai 2008


Dans le cadre de la manifestation d'art dans l'espace public D2 (Reignier, France, avril-mai 2008), microsillons mène une recherche sur une "statue du rire", mentionnée sur le site wikipedia de Reignier mais introuvable sur le territoire de la commune. En inflitrant les moyens de diffusions locaux et en réalisant des micro-interventions, le collectif entend diffuser, sur le mode de la rumeur, ses interrogations sur le niveau d'humour de Reignerands et plus généralement sur le rire.

microsite du projet

 


Lieux communs
- Centre d'art contemporain Genève, 8 février au 9 mars 2008


L’exposition Lieux communs est le fruit d’une collaboration de plusieurs mois avec des artistes travaillant dans les ateliers multimédias du foyer Pinchat de la Fondation Clair Bois.
Plusieurs visites au Centre d’art contemporain Genève ont amené Alexandre Baumgartner, Yvan Mallo, Daniel Rabina, Sabrina Renlund, Salvatore Sortino et José Tena à porter, par le biais de leurs œuvres, un regard critique, lucide, grinçant parfois, poétique aussi, sur la place qui est laissée aux personnes à mobilité réduite dans la Cité en général, et dans les institutions d’art contemporain en particulier.
Conçus pour ce contexte spécifique, les travaux de ces artistes soulèvent des questions qui appellent non seulement une prise de conscience, mais aussi des réponses concrètes. Une volonté d’utiliser l’art comme un moyen de revendiquer un changement dans les politiques d’accessibilité – ce qui n’est pas sans rappeler certains moments de l’histoire de la critique institutionnelle – traverse les œuvres l’exposition.
Lieux Communs est un projet proposé par microsillons, réalisé en collaboration avec Laurence Favre, Alexa Boussière, Olga Kamienik, Sylvie Sublet, et Christian Ramondetto qui encadrent les ateliers multimédias de la Fondation Clair Bois, foyer Pinchat.

microsite du projet

 


Bureau mobile
- Bourse pour Médiateur en art Contemporain de la ville de Genève, 2008-2009


microsillons cherche à construire des situations dans les lieux-mêmes où le collectif intervient en tant que collaborateur temporaire ou de manière parasite. La rencontre, la collaboration avec des micropublics et la réflexion critique, points centraux de sa démarche, se nourrissent du rapport privilégié qu'il développe avec les différents lieux dans lesquels il travaille. Le Bureau Mobile ancre sa démarche dans un contemporain nomade et transdisciplinaire. Il s'affirme comme la meilleure solution pour faciliter le travail du collectif de manière pratique, sans pour autant renoncer à ses particularités. Il fonctionne tour à tour, dans un processus de réadaptation permanente, puisqu'il est modulable - comme un lieu de travail, un point de rencontre, une structure d'exposition, un espace de consultation de documents… Il condense les pratiques de microsillons autour d'un lieu visible, facilitant le dialogue et l'échange au-delà des micropublics directement concernés par ses projets. Il permet également d'approcher diverses institutions (liées au monde de l'art ou non) avec une proposition concrète.

dossier de présentation du projet

 


Der Tanz der Doppelgänger
(Participation) - Shark, Artamis, Genève, Décembre 2007


Pour l'exposition "Der Tanz der Doppelgänger" au Shark, microsillons propose une intervention qui évoque la présence de cyanure dans le sol d'Artamis. Les noms de quatorze personnes victimes d'empoisonnement au cyanure, couplés avec la représentation d'une molécule de cyanure de potassium sont disséminés dans l'espace. L'exposition ayant pour mot d'ordre "Glow in the dark", les éléments scintillent dans la nuit.

microsite du projet

 


Value
(Participation) -Duplex, Genève, Septembre-Octobre 2007


L'exposition "Value" se proposait d'explorer les rapports entre art, espace et valeur. Les artistes participants étaient invités à présenter une photographie de leur atelier, à en donner la surface ainsi qu'à énoncer la chose présente dans cet espace qui, à leurs yeux, avait la plus grande valeur. Évoquant l'aspect nomade et flexible de sa pratique, microsillons a présenté l'image d'un cabas à roulettes, donné une surface extensible (0.5 m2 - 50m2) et a désigné "un dossier informatique contenant 394 articles au format pdf" comme l'objet ayant le plus de valeur pour le collectif.

microsite du projet
 


Attachés culturels
- Pro Helvetia, Centre d'art contemporain Genève, Avril-Septembre 2007

D’après les statistiques, la majorité des Suisses ne s’intéresse pas à l’offre culturelle et consomme tout au plus de la musique populaire ou des blockbusters du grand écran. La médiation traditionnelle ne parvient pas à les atteindre, soit parce qu’ils évitent activement la médiation du fait qu’elle fait partie du “gâteau culturel”, soit parce que les offres ne ciblent pas leurs besoins ou qu’ils n’y prêtent pas attention. Le projet Attaché-e Culturel-le: CH de Pro Helvetia souhaite montrer une nouvelle voie. Ce projet, encore dans sa phase pilote, a été proposé dans trois institutions suisses: le Centre d’Art Contemporain Genève, l’Aargauer Kunsthaus à Aarau et le Museo Vela à Ligornetto. Un groupe de douze personnes, enfants, adolescents et adultes.

site Pro Helvetia
- dossier de présentation de la phase pilote
 


Précis de stratigraphie
- Mamco, Genève - 17 janvier 2007

Le 17 janvier dernier, le Mamco a fêté, lors d’une journée portes ouvertes, la fin de l’exeptionnelle exposition/collaboration entre le musée et John M Armleder, Amor vacui, horror vacui. A cette occasion,
microsillons a offert aux visiteurs du Mamco, une édition modulable et personnalisable. Cette micro-édition rassemble, entre autres, différentes impressions, expressions et interrogations des publics de l’exposition, réunies en partie lors d’activités menées par microsillons dans l’exposition. Imprimé sur des pages indépendantes à relier selon l’ordre voulu par chacun, ce Précis de Stratigraphie est un objet ludique et réfléxif qui se compose notamment de propositions de jeux, de questions-réponses à l’artiste, de tentative de définir la culture ou de la biographie d’un guitariste de hard-rock.

édition en version numérique
 


Free Art
- 23 décembre 2006, Union Square, New York

Qu'est-ce qu'un don implique ? La gratuité est-elle une alternative à l'économie de marché ? Un artiste devrait-il accepter de travailler gratuitement ? Y a-t-il une différence entre don et charité ? Durant la période des fêtes, nous désirons questionner les notions de don et de gratuité, sans mener une célébration de la gratuité à tout prix. Dix artistes de New York et Genève nous ont donné une vingtaine de cadeaux à distribuer. Chaque pièce a été emballée dans un papier d'emballage/poster fait à partir de textes sur le don et la gratuité. Le samedi 23 décembre 2006, une table a été installée à Union Square devant un marché de Noël et les cadeaux distribués. Les récepteurs pouvaient laisser un message dans un cahier.

microsite du projet
 


Tram Film Festival
(participation) - Genève, avril-juin 2007


Participation au projet Tram Film Festival avec l'écriture d'un texte pour le site internet du festival. Après sélection, le Tram Film Festival présentera des films muets d’une durée maximale d’une minute dans un véhicule des Transports Publics Genevois.





le texte - site du festival
 


Parcours
- Manifestation d'Art Contemporain, Genève, septembre 2006

Sur invition du FMAC de Genève, microsillons a crée pour la mac 06, des parcours pour guider ceux qui en éprouvaient le besoin et l’envie dans les nombreuses possibilités offertes par le programme de cette manifestation. Ce fut l'occasion d'une réflexion sur la visite guidée et de concrétiser l' envie de sortir du cadre assez didactique dans lequel elle s’inscrit. Chacun de ces parcours a été conçu comme une action performative, non figée, perméable aux interventions de chaque personne du groupe, bien que structurés dans leur déroulement et dans les recherches qui les ont précédés. Chaque visite a été conçue autour de la rencontre de différents acteurs du monde culturel genevois.


microsite du projet - site de la MAC 06
 


Multiplôme
- Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Genève / Duplex, Genève, janvier-juillet 2006

Un diplôme d’art a-t-il un sens aujourd’hui ? Est-il lié à des compétences réelles ou seulement à une mythologie de l’artiste ? Après une réflexion autour de cette question, nous proposerons une alternative aussi crédible que possible à ce rituel actuellement incontournable du système scolaire. "Multiplôme" est un projet mené dans le cadre du travail de diplôme de Marianne Guarino-Huet, en collaboration avec Olivier Desvoignes. Pour interroger la pertinence du dipôme d'art actuel et pour réfléchir à la possibilité d'une alternative, une version 0.1 du multiplôme, une contre-proposition au diplôme d'art, a été réalisée et a servi de vecteur de discussion auprès des différents acteurs de l'école des Beaux-Arts de Genève.

acte de recherche
 


Auriculaire Circus
(participation) - Scène électro-acoustique, Fête de la musique, Genève, juin 2006

Avec Carla Demierre et Thierry Simonot. Participation, dans le cadre de la Fête de la Musique genevoise, à la programmation et à l’aménagement de la scène électro-acoustique. Axée sur le thème de "l’informe expérimental", cette scène éclatée dans l’espace, appelée Auriculaire Circus, a accueilli pendant trois jours une programmation variée, mêlant des pratiques singulières autour de la musique et du son. En amont, un travail d’enquête avec les habitants du quartier a mené à la sonorisation de différents éléments de l’architecture urbaine (fontaine, poubelle, gouttière, arbre, bouche d’égout), en fonction des suggestions recueillies.



 


Du codex au pixel
(participation) -Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Genève, CCC, mai 2006

Dans le cadre de la formation continue des enseignants en histoire de l’art de Genève, collaborer avec deux classes du collège et une classe du cycle autour du thème “livres d’art, livres d’artistes“. Deux fanzines revisitant l’histoire de l’art du 19ème (notamment en faisant des parallèles avec aujourd’hui) sont produits avec les classes du collège. Un fanzine autour du cadavre exquis est produit avec la classe du cycle. Une journée de présentation du projet et une exposition de fanzines sont organisées à l’attention des classes et des enseignants en formation continue. A cette occasion, différents producteurs de fanzines et de revues sont invités à venir présenter leur travail.


fanzines en version numérique : 1 - 2 - 3 - 4
 


Enquête autour d'une disparition
- Centre d'art contemporain Genève, avril-mai 2006

Groupe d’une dizaine d’enfants (8 à 12 ans) de la Maison de quartier de la Jonction -située à proximité immédiate du Centre d’Art Contemporain - répondent au scénario suivant : les oeuvres de Gary Webb ont disparu et ils doivent en retrouver les traces dans le quartier. Pour ce faire, ils visitent l’exposition en relevant dans les sculptures des éléments qu’ils reconnaissent, des "indices". Armés d’appareils photo, ils recherchent ensuite ces indices dans la rue. Un bureau d’enquête est finalement installé au Centre d’Art Contemporain et leurs photos sont mises en relation avec les images des sculptures de l’artiste (qui ont à ce moment-là réellement disparu du Centre).


microsite du projet
 


Vie et mort dans la collection
(participation) - Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Genève, CCC, 2005-2006

Comment se représente t’on l’ailleurs, l’autre ? C’est notre regard qui fabrique l’étrange (et donc l’étranger), le déplacement de notre point de vue aide à appréhender l’autre comme un alter ego (comme l’écrivait Rimbaud "Je est un autre"). Dans le cadre de la formation continue adressée aux enseignants d'histoire de l'art du cycle d'orientation et de l'enseignement postobligatoire de Genève, un groupe d'étudiant du CCC était invité à travailler autour du thème Orient-Occident avec trois classes du cycle et du collège. Une exposition mettant en scène les réalisations des élèves a ensuite été montée et une journée de conférence (programme de la journée) destinée aux enseignants organisée.

microsite du projet
 


Repas autour d'une oeuvre #1
- Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Genève, 26-27 avril 2006

Pour son premier, "repas autour d'une oeuvre", microsillons - accueillant pour l'occasion Camille Poncet - a invité un artiste proche de la culture boudhiste, une spécialiste des approches pédagogiques de l'art contemporain, un géographe, un artiste travaillant sur le cube, un historien de l'art, une galeriste et le directeur du Musée suisse du Jeu a partager un repas autour d'une oeuvre de Robert Filliou, Eins, Un, One. Prêtée par le MAMCO, Genève, la pièce a été déplacée à l'ESBA pour l'occasion et incluse dans un dispositif créé pour l'occasion. Les discussions qui ont eu lieu ont aidées à réalisé, le lendemain, un vernissage public appellé "restes d'un repas autour d'une oeuvre #1“.


microsite du projet
 


Genève-Tirana
(participation) - septembre 2005 - mars 2006

Avec Camille Poncet, Marie Velardi, Raphaël Julliard. A l'occasion de la troisième Biennale d'art contemporain de Tirana, nous avons décidé de partir à la découverte de l'Albanie. Pour détourner le problème qui se posait à nous, réaliser un projet dans un contexte inconnu, nous avons décidé de commencer à découvrir l'Albanie petit à petit, depuis Genève déjà. Allant à la rencontre des communautés albanophones, nous avons organisé quatre événements publics à Genève. Nous avons ensuite cherché en Italie les traces de leurs voisins, avant de traverser l'Adriatique pour passer une semaine à Tirana. Durant ce périple, nous avons réalisé plusieurs travaux de types différents. Notre expérience a été retranscrite dans un guide qui a été publié et distribué gratuitement à l'occasion de la fête Village du Monde sur l'Albanie, en mars 2006 à Genève.

microsite du projet
 


Cabinet de curiosités extra-terrestre
- Centre d'art contemporain Genève, 2-18 décembre 2005

Un groupe d’explorateurs extra-terrestres aimerait présenter la terre aux habitants de leur planète en créant un musée. Pour ce faire, ils demandent à une classe de deuxième enfantine et première primaire de les aider à constituer une collection. Les élèves de la classe de madame Hibon, de l’école Montchoisy,récoltent les objets qui représentent le mieux notre planète à leurs yeux et les donnent aux extra-terrestres. Ceux-ci utilisent des boules transparentes pour les transporter et les conserver dans leur musée.




microsite du projet
 


Géographies Imaginaires
(participation) - Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Genève, CCC, mai 2005

Comment se représente t’on l’ailleurs, l’autre ? C’est notre regard qui fabrique l’étrange (et donc l’étranger), le déplacement de notre point de vue aide à appréhender l’autre comme un alter ego (comme l’écrivait Rimbaud “Je est un autre“). Dans le cadre de la formation continue adressée aux enseignants d'histoire de l'art du cycle d'orientation et de l'enseignement postobligatoire de Genève, un groupe d'étudiant du CCC était invité à travailler autour du thème Orient-Occident avec trois classes du cycle et du collège. Une exposition mettant en scène les réalisations des élèves a ensuite été montée et une journée de conférence (programme de la journée) destinée aux enseignants organisée.

microsite du projet